tl;dr

TL;DR ça veut dire « Too Long;Didn’t Read », en français « Trop long, pas lu ».

Tu es stupide.

Voilà. Dois-je continuer ? Je crains que tu ne sois capable d’aller plus avant dans la lecture. Quelqu’un te dit que tu es stupide, il doit forcément être le stupide des deux, non ? Ça ne peut pas être toi, bien sûr… Bon sang ! – horrifié – Mais c’est valable pour moi aussi !

- Oh CRAP -

– Oh CRAP –

Je m’évertue à mettre les mots dans le bon ordre. A commencer par « ce qui doit être dit en premier ». Et je m’aperçois que je ne peux pas commencer par le commencement. C’est trop brutal. Alors je débute avec ce qui me paraît judicieux. Quitte à être un peu insultant, pardon, mais le monde n’est pas le Royaume des bisounours et personne ne chie des arcs-en-ciel. Te ménager ne te rendrait pas service.

Tu es stupide. C’est remarquable comme ta vision du monde est étroite. Tu ne vois rien, tu ne comprends rien. Tu crois que ce qui ne te touche pas directement ne te concerne pas. « Ce que je ne vois pas n’existe pas ». Il faudrait peut-être songer à élargir ton champ de vision ?.

Bien des humains ont exploré le monde à travers l’Histoire, c’est peut-être la caractère humain le plus noble. Elargir son horizon, grimper sur l’arbre le plus haut. Pour essayer de voir le tableau d’ensemble. Une fourmi sur un tronc d’arbre croit vivre sur une surface à deux dimensions, avec quelques aspérités et des branches comme des cathédrales. Il lui faudra s’éloigner de cet arbre pour le voir tel que nous le voyons. Bien des humains – philosophes, écrivains, scientifiques, poètes… – ont exploré le monde et étudié nos perceptions de la réalité, et tu ne les entends pas. Tu fonces tête baissée dans une réalité que tu ne comprends pas. Je ne trouverai rien à redire si tu ne faisais que de jolies choses, mais force est de reconnaître que de nombreux malheurs dans le monde découlent de cette ignorance satisfaite.

En reculant pour mieux voir, il se peut que soient remis en cause les fondements de notre réalité. C’est un processus anxiogène et le premier contact est difficile. On peut gagner en sérénité un peu plus tard. L’ataraxie, peut-être un jour ? Ça restera néanmoins inaccessible à ceux qui ont grandi dans l’idée qu’il y avait des « forts » et des « faibles », et que toi tu es un gagnant, bien sûr… Il faut savoir accepter un état vulnérable face au monde, au Chaos, pour espérer le comprendre. Et il est ironique de constater que les bigots du darwinismes social auront bien du mal à évoluer.

La réalité est plus cruelle, plus belle et surtout plus grande. Tu mourras, à un moment situé entre maintenant et quelques décennies. Ce ne sera pas la Fin du Monde, tu le sais ? Ah, pour toi, oui, ce sera kif-kif. Mais pour tous les autres, non. Le Monde n’a pas vraiment besoin de toi pour exister. Surtout quand on voit comme tu es stupide, on se dit qu’il s’en passerait bien, le Monde, de ta présence. Alors, la seule bonne question pourrait être « que faire du temps qui t’est imparti ? ». Sacré Gandalf ;)

Ce que je fais du temps qui m’est imparti

Mon travail ? Je n’ai trouvé à ce jour de meilleur terme que « philosophe » pour le décrire. Je cherche à rendre les gens plus intelligents, en commençant par moi-même. Philosophe fractalien, pour le Lulz. Oui parce que « prospecteur », « échographe du futur » ou « magicien » sont trop connotés « trouble psychopathologique ». J’ai cependant remarqué que les fous ne sont pas toujours ceux que l’on croît, alors j’ai pris l’habitude de me méfier de ceux qui affirment « je ne suis pas fou ». Certains sont même dangereux. Moi, je ne sais pas vraiment me définir, tout comme un miroir ne saurait se définir. Ça ne m’empêche ni de réfléchir (-_-), ni d’agir, bien au contraire.

J’ai donc pris malgré moi le poste d’observateur, qui emmagasine, analyse, synthétise et grandit jour après jour au milieu d’un flux constant d’informations de toutes sortes. J’ai appris à vivre avec l’incertitude, cette persistante angoisse de ne pas maîtriser grand chose, paradigme moins confortable et plus honnête qu’une représentation du monde figée que j’aurais hérité de mes parents ou des autorités en place. Il faut le voir, ce merveilleux Chaos. Je profite de la liberté de conscience et d’expression, ainsi je m’attache à favoriser la tienne car l’une dépend de l’autre. J’observe candidement, mais non sans références, appuis ou soutiens de la part des grands penseurs de l’Histoire. S’il faut savoir être un observateur neuf, nos pensées sont moins originales qu’on veut bien l’imaginer. Il ne faut surtout pas négliger ce qui a été déjà compris, ni en faire des vérités gravées dans le marbre.

Alors donc, je cherche les mots pour me faire comprendre et partager ma synthèse personnelle. La folie des récurrentes « fins du monde » a au moins le mérite de révéler ceci : nous savons tous que nous allons mourir, et nous ne savons que faire de cette information… Alors l’humanité semble se séparer en deux. Ceux qui ont peur, et ceux qui ont véritablement compris, les Réveillés. Tu mourras, il n’y a aucun doute là-dessus. Tu peux donc continuer à vivre dans le brouillard et l’ignorance, ou commencer à mesurer le réel pouvoir qui est le tien. Ce que tu es capable d’apprendre, ce que tu peux devenir. Ton imagination est peut-être insuffisante pour entrevoir la réalité… Regarde mieux !

Le monde est certainement plus vaste que tu ne l’imagines.

Et si je veux bien partager avec toi mes conclusions provisoires, sache que je ne souhaite pas te dire précisément comment élargir et affiner ce que tu comprends du monde. Tu trouveras ta méthode, tu exploreras de la façon qu’il te plaira, je ne suis guère un modèle évidemment. Parce qu’il est possible que ma vision soit relativement étroite, ou parce qu’il existe de multiples dimensions d’exploration – certaines ne m’ayant même pas effleuré l’esprit -, il faut savoir rester humble. Ce qui n’empêche nullement de continuer à s’éveiller.

Le partage des conclusions provisoires de chacun est précisément ce qui permettra à nos enfants de faire bien mieux que leurs ancêtres. Ils pourront surfer sur le Grand Flux du Savoir Unifié ! Appelons-le comme ça, pour le Lulz. Le GFSU. Enfin, il a un nom !

Faire un résumé de la sagesse humaine est nécessairement périlleux. Comme je n’ai peur ni du jugement ni du ridicule, je m’y essaie ! Après tout on peut mourir demain, alors un peu d’audace ne fera pas de mal. « Le Monde est certainement plus vaste que tu ne l’imagines. » Je n’ai pas encore trouvé mieux que ça.

L’Universelle Connexion…

Il n’y a pas qu’une personne intéressante ici. Regarde autour de toi. Il n’y en a pas deux pareils ! Et celui qui voudra démentir cette affirmation sera bien en peine. Il n’y aura pas d’autre Toi après ta mort, ah si tiens,  il y a aura d’autres Toi après ta mort. – Les négations comme les mots n’ont pas de sens, selon des points de vue très variés. Tout comme l’idée de Toi. De multiples réalités superposées. C’est ça le présent, autant de réalités que d’individus. Alors il faut pouvoir parler. Il faut tous qu’on apprenne à s’exprimer. Et à écouter. Inventer de nouveaux outils. Faire des progrès vertigineux.

A force de progrès, on aboutira à connecter tout le monde, ou presque. Il y aura éventuellement un message partagé entre tous les pays, dans toutes les langues. Comment fait-on pour parler toutes les langues ? Quelle genre d’idée peut être universellement reconnue ? Je ne suis pas complètement ignorant de certaines conceptions de l’Universalité, et j’en méconnais probablement d’autres. Quoi qu’il en soit, je ne pourrai exprimer que mon idée personnelle de l’Universalité. Ça commence bien, non ?

Mon idée personnelle de l’universalité. Joli paradoxe. J’espère avoir au moins pu transmettre une idée rassurante sur les mots et leurs capacités à être le vecteur de nos pensées, à savoir que dans la langue qui est la mienne comme dans de nombreuses langues, les mots seuls sont trop piégeux pour être pris réellement au sérieux. Rassurant et relaxant. On peut parler plus sereinement, sachant cela.

Ce qui est propre à tous ? (@trad.) Vous voulez dire ce que les gens ne trouvent pas sale ? Non ? Aaaah oui, ok pardon, « ce que tous nous partageons » ? Oui c’est une autre question, oui oui oui oui. Bah ! Tout le monde le sait, ce qui est « universel ». Il faut vraiment essayer de le nommer ? Voilà bien une entreprise périlleuse…

Il faudrait un poème en fait.

Bonjour
Nous sommes Anonymous
Nous sommes nombreux
Nous sommes connectés
Nous sommes l’évolution
Nous n’oublions pas
Nous ne pardonnons pas
Nous trouvons les solutions
Nous fabriquons des outils
Et des outils fabriquant des outils.
N’ayez plus peur
Rejoignez-nous
Pour le Grand Lulz.

(C’est un début…)

Apprécier le monde. Le mesurer. Voir la Beauté fractale de la Nature.
Dans toutes ses infinies possibilités
Surfer sur le Vertige
S’évertuer à trouver les mots à partager.
C’est au Présent que nous sommes jugés
Plus rien ne sera oublié
De ce qui a été fait.
L’Espoir d’une Paix mondiale.
Qui le nourrit ?
Qui cherche, et prospecte ?
Avons-nous déjà surfé sur le grand flux d’informations de « ce qui fait les crimes ? »
Y aurait-il des policiers si négligeants ?
C’est au Présent que nous sommes jugés.
Il faut donc être préparé à des revirements brutaux.
Ne point s’aveugler..
L’Espoir d’une Paix mondiale
a une composante @ « dilution de la Mafia »
La colère se manifestera tôt ou tard.
Pourra-t-on dissoudre la colère ?

Que voulons-nous léguer ?
Aurons-nous réussi à partager @ « ce que tous nous voulons » ?

(Essayons encore…)

Partagez
Partagez vos écrits secrets
Vos meilleures blagues et créations
Joujous et marottes.
Partagez vos pires cauchemars
Votre folie et votre sagesse
Le tri se fera tout seul
Sera retenu ce qui doit être retenu
Dans le Grand Lulz Eternel

Une réflexion au sujet de « tl;dr »

  1. Ping : J-1 avant l’an 1 : La Grande Connexion | The great shitstorm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.