Notre-Dame des Landes, prise d’informations et démocratie

Il semblerait que les défenseurs du projet d’aéroport à Notre-Dame des Landes rentrent tous dans l’une des trois catégories suivantes. Ce qui est remarquable, car je passe mon temps à dire qu’il ne faut pas mettre les gens dans des catégories, et qu’il faut toujours considérer qu’il existe peut-être une catégorie, à la marge, que l’on ne parvient pas à voir… Mais là j’ai beau me retourner les neurones dans tous les sens, je n’en ai que trois. J’en pleurerais presque tellement c’est beau. Catégories ne s’excluant pas mutuellement, d’ailleurs :

  1. les sous-informés (ou sur-informés de bêtises, ce qui revient au même)
  2. les idiots incurables
  3. ceux qui ont un intérêt personnel ou financier au projet

La catégorie 2 ne m’intéresse pas, il faut savoir s’avouer vaincu à certains moments, et c’est le propre des idiots de ne jamais changer d’avis. La catégorie 3 m’intéresse peu, elle est d’ailleurs relativement interpénétrée avec la 2, et l’on a rarement vu un premier ministre ou un émir du Qatar décider quelque chose qui lui fasse perdre la face ou un peu d’argent durement gagné. Alors je parlerai à la catégorie 1, en tout cas ceux parmi eux qui sont capables de prendre de nouvelles informations pour ce qu’elles sont, de les digérer et de les analyser honnêtement.

S’informer

Là il faudrait que j’écrive un bel article, bien écrit et documenté, parce que des infos brutes balancées par paquets c’est un peu indigeste et que vous n’avez pas trop le temps, il faut faire une lessive avant « Plus belle la vie ». Pas de problème, nous sommes légion et d’autres l’ont déjà fait mieux que je ne le ferais, alors je vous passe les liens. Si vous ne devez en lire qu’un, celui-ci est remarquable. Celui-là est bien documenté également. On m’a envoyé le lien de cet autre billet récemment, et ça fait plaisir de lire des gens qui cheminent dans leur caboche. Vous trouverez d’autres données sur le site de l’ACIPA, et les zadistes mettent à jour leur site en permanence, fraîcheur garantie. Tous ces liens comportent d’autres liens, on appelle ça « ze internet ». Chaque « clic » peut vous faire perdre des heures, alors soyez prudents ! Quoiqu’il en soit, les informations, contre-informations et avis sur le sujet ne manquent pas.

Toutes ces sources se veulent honnêtes, mais si vous souhaitez faire un procès en partialité, et c’est votre droit, sachez que l’impartialité ça n’existe pas. Méfiez-vous de ceux qui se présentent comme « impartial », « expert » ou « spécialiste », leur avis n’est pas à négliger, mais il ne compte que pour UN avis. Si vous souhaitez vous rapprocher de la vérité  (et que vous ne laissez pas les prêtres vous dire à quoi elle ressemble) je vous invite à multiplier les sources, toutes sont à la fois sincères et mensongères. A vous de faire le tri, et de vous faire votre idée. Nous vivons une époque tumultueuse, qui a au moins le mérite de voir des outils très puissants à la disposition de tous, comme celui-ci. N’hésitez pas à lui poser des questions, son discernement n’est pas parfait, mais il s’évertuera à vous répondre avec le plus de pertinence possible.

Si après toutes ces lectures et recherches, vous décidez d’apporter votre soutien et ne savez pas comment faire, vous pouvez commencer par là. Vous pouvez rejoindre le Comité citoyen des Côtes-d’Armor, repérer le comité le plus proche de chez vous, ou le créer. Vous pouvez aussi et surtout commencer à mesurer le vrai pouvoir qui est le vôtre.

Vous avez une opinion ? Très bien. Maintenant défendez-la !

Que vous souhaitiez défendre la nature et la survie de vos enfants ou la construction d’un aéroport inutile (comment ça j’ai un parti pris ?), le problème est le même. Vous avez une conviction, je la souhaite la plus réfléchie et raisonnée possible, et à un moment donné vous avez le choix entre la garder pour vous, rester dans un confort relatif – et provisoire – et laisser les autres décider de l’organisation du monde à votre place, ou la partager. Et ce choix-là change tout !

Sur tous les sujets, des plus triviaux mais à forte résonance émotionnelle (qui servent généralement d’écrans de fumée aux politiques pour faire ce qu’ils veulent), aux plus importants, vous avez un avis, et le droit de l’exprimer. Sur le mariage gay, sur les gaz de schistes, sur le chômage ou la mascarade de l’élection du président d’un parti politique, vous avez autour de vous au sein de votre famille, de votre réseau d’amis ou de collègues, des gens qui seraient en mesure d’être d’accord avec vous, ou en grand désaccord, et j’imagine beaucoup d’indifférents à tout ce bazar. C’est là à mes yeux le noeud de l’affaire. Il faut aller au combat, par les mots, le débat et l’humour ! Ne pas avoir froid aux yeux, vos convictions d’idiot valent bien celles de l’idiot d’en face.

Il y a beaucoup à apprendre, et je constate que la plupart des gens sont remarquablement timorés ou sous-entrainés au débat, moi y compris. Il faut dire que ce que l’on présente à la télé comme étant un « débat » fait plutôt peine à voir, chacun reste généralement sur sa position et les noms d’oiseaux et attaques ad hominem finissent par voler de part et d’autre. Degré de démocratie : zéro. Laissons-les jouer comme les enfants qu’ils sont, et faisons mieux.

Il faut saisir l’occasion chaque fois qu’elle se présente, au cours d’un repas ou d’une discussion, autour de la machine à café ou en réunion, d’exposer son avis et les arguments qui l’accompagnent, calmement, avec le respect des avis contraires et l’écoute des arguments exposés. Se parler (certains diront « troller »), on semble croire qu’on sait le faire alors que tout nous pousse à nous opposer les uns aux autres dans la violence verbale, sans réel échange. Les gens de gauche sont vraiment de sales fainéants-bisounours-hypocrites-attardés pour les gens de droite, les gens de droite sont vraiment de sales capitalistes-vendus-égoïstes-attardés pour les gens de gauche… Pendant ce temps le pouvoir en place, qui n’est pas tant alternativement le PS ou l’UMP que les gestionnaires des sommes colossales de capitaux transnationaux complètement déconnectées de la réalité, ce pouvoir a toute latitude pour continuer à nuire, jusqu’à l’effondrement brutal du système, dans un avenir proche. (Oui pardon pour l’information anxiogène si je vous l’apprends, mais il n’y a pas de quoi désespérer, une table rase en cette période pourrait être le début de notre salut.)

La marge de progression individuelle et collective est énorme, mais il est permis de croire que nous nous améliorons. Certes, en se confrontant frontalement, on risque de se fâcher avec un frère, un conjoint ou un patron, ce n’est pas sans risques. Cependant le jeu en vaut la chandelle, si tout le monde l’ouvre un peu plus, c’est tout le monde qui y gagne, la démocratie qui se réveille, et les pouvoirs illégitimes qui vacillent.

Je sais bien que j’ai l’air d’enfoncer des portes ouvertes, et ça ne risque pas de s’arranger en étant philosophe fractalien, mais si vous êtes tenté de penser cela, considérez que peut-être, cela vient du fait que vous ne savez pas compter ? Ce pouvoir de « ne surtout pas la fermer quand dans son entourage le débat semble s’enflammer » est d’un tout autre niveau que celui d’un individu seul, même brillant, parlant devant des millions de gens à la télévision ou à la radio. Parce qu’il y a interaction, parce que mon réseau d’amis est interconnecté avec votre réseau d’amis, du fait de la pluralité et de l’étonnante créativité de certains, de l’érudition des autres… C’est un problème combinatoire, et l’ensemble des échanges que nous pouvons avoir entre nous structure bien plus en profondeur la société qu’on ne l’imagine. A côté de ça, le pouvoir d’un président, centralisé et d’ordre linéaire, c’est cacahuète ! J’aimerais trouver d’autres mots pour vous le faire voir un jour.

Alors vous pouvez continuer à espérer voir apparaître un nouveau politicien super-héros qui défendrait vos intérêts et vos convictions. Après tout à mes yeux le gars Mélenchon ne démérite pas, il mouille la chemise et semble comprendre à peu près ce qui se trame. Peut-être vous rangez-vous derrière Poutou, Dupont-Aignant ou Marine Le Pen, après tout elle dit vouloir défendre la France ? Pour cette dernière j’aurais deux-trois mots à vous dire. Vous avez cependant le droit d’avoir les héros que vous voulez. Moi c’est Gandalf, mais mon avis seul ne compte pas, ou doit compter autant que le vôtre. Discutons si vous le voulez bien. Moi je vous souhaite l’émancipation, donc d’arrêter de suivre des leaders comme le feraient des moutons !

Leur avis non plus ne devrait pas compter plus que le vôtre, et si vous êtes prêts à voter pour eux sans la moindre contrepartie en leur conférant tous les pouvoirs pendant 5 ans, dans l’attente de voir ce qu’ils vont faire ou dans l’espoir de vous reposer ensuite, vous n’êtes même plus un citoyen, mais seulement comme tant d’autres un simple électeur-consommateur. Un engrenage dans le système qui vous prive de vos droits et de votre capacité d’agir. A mes yeux rien de plus qu’un esclave, un membre d’une sous-espèce de l’humanité. Oui pardon mes mots sont un peu durs, je m’entraine pour un prochain débat.

Maintenant que vous savez, vous n’avez plus d’excuses. Devenez un citoyen. Et vous verrez qu’au final, les gens ont des avis pas si divergents qu’on voudrait nous le faire croire. A la fin, et sans nécessaire consensus, on arrivera à mettre en oeuvre des choses bien plus intelligentes, créatives et soucieuses de la Terre nourricière qu’aucun groupe d’experts auto-proclamés, ce qu’aucun débat entre élus à qui on promet des rentrées fiscales ne saurait décider. Alors Jean-Marc, en attendant qu’on te vire à coups de matraques et de gaz lacrymos : un référendum, cap’ ou pas cap’ ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.