A propos reydj

Qui suis-je ? Oui voilà, c'est ça.

Partages 2019

A toute fin utile pour je-ne-sais-trop-qui, tant semble infinie la capacité des individus à fermer les yeux, se boucher les oreilles, répéter les mêmes bêtises sans discernement… Je recopie ici tous les liens que j’ai partagés durant l’année 2019. Ils se veulent éclairants en contexte : ils le sont tous bien sûr, à différents degrés, cela dépend du niveau actuel de connaissances et de souplesse de l’esprit du lecteur. Comprenez que le travail du philosophe est de vous faire gagner du temps. De « nous » faire gagner du temps ;)

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+

22 décembre
https://www.streetpress.com/sujet/1568288596-en-prison-comme-440-gilets-jaunes-ils-racontent

8 décembre
https://lundi.am/5-decembre-et-apres-on-va-faire-simple

28 octobre
https://www.facebook.com/patricia.c.lanfranco/videos/10217874130663569/
https://www.facebook.com/TeleiaLuttes/videos/1431782760324290/

23 octobre
Banksters
https://www.facebook.com/theanongroup/videos/1367032903439181/

6 septembre
https://www.infomigrants.net/fr/post/19296/on-est-en-europe-et-on-vit-dans-une-foret-a-rennes-350-migrants-dans-l-impasse-dans-un-campement-precaire

2 septembre
Yémen
https://www.facebook.com/charlesvillaa/videos/2579192245699845/

15 août
https://lundi.am/Dans-les-couloirs-du-temps-avec-le-chevalier-d-Harcourt-prefet-de-Nantes

13 août
Très bon résumé pour qui souhaite comprendre le délire extrême-centriste dans lequel ce pays est englué, sans que la masse moutonnière n’en ait conscience. Merci Régis de me partager ceci…
https://www.monde-diplomatique.fr/2019/04/BRISSAUD/59741

12 août
https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/medium-large/segments/entrevue/77017/francis-halle-plantes-botanique-vegetaux-avenir-forets-arbres

8 août
https://cerveauxnondisponibles.net/2019/08/08/soyez-comme-leau-sept-tactiques-gagnantes-dans-la-revolution-de-hong-kong/

6 août
https://vimeo.com/352082666
#fractalworld #fastenyourseatbelt
La dernière vidéo de Julius Horsthuis un des célèbres et talentueux mandelbulbers. On ne peut pas dire que je vous en ai beaucoup partagé jusqu’à présent, mais ce jour est le bon jour. Je suppose…

5 août
#demoscene #nowadaysmagic #lookbetter
Parmi toutes les vilaines choses que « les gens » ne cessent de renvoyer avec violence à ma riante poire, et qui ont par le passé nourri tant d’incompréhensions, de quiproquos, et de repli sur moi-même et mon art – ce qui était certainement une très bonne chose, au bout du compte – il y a cette indécrottable habitude de s’identifier minoritaire, membre d’un groupe restreint, mieux « éclairé » ou au minimum « quand même un peu mieux que les autres groupes ».
TOUT LE MONDE ou presque est assez idiot pour faire ça, et reproduire, reproduire encore la même bêêêtise. Bon, ça va bien ! Ramasse ton égo par terre, et offre-le à voir aux autres, tu grandiras mieux, et nous grandirons mieux. Nous sommes tous dans le même aquarium, et si nous ne savons nous considérer, nous-mêmes et nos « amis », que comme un petit groupe face à l’écrasante majorité, naturellement, on se sent écrasé. Et naturellement paralysé, et résigné. STOP !:! On marche ensemble, on crève ensemble. On soigne et jardine le monde ensemble.

4k assembly 2019 1st place: https://www.youtube.com/watch?v=NAeFuk-_Dwo
Lien vers le programme : https://www.pouet.net/prod.php?which=82449

Je vous partage ici le « produit » du vainqueur du concours « 4k intro » 2019 en assembleur.
Ce concours rassemble des artistes, codeurs, bidouilleurs et distingue leurs créations selon un cahier des charges relativement modeste : il s’agit de faire « aussi bien que possible » avec « aussi peu que possible », en quelque sorte. Ici, le programme final est délivré en assembleur, et ne doit pas dépasser 4 Ko (Kilo-octets). Pour donner un ordre de grandeur, mon seul commentaire de quelques lignes que vous avez sous les yeux, dans un simple fichier texte, fait déjà 2,2 Ko. C’est une forme de magie pure, de radicale concentration d’information.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sc%C3%A8ne_d%C3%A9mo
La scène démo, ou demoscene en anglais, est une sous-culture informatique ayant pour but la création artistique sous forme de programme, fondée sur les trois domaines que sont : la musique assistée par ordinateur, l’infographie et la programmation.

2 août
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/01/a-londres-la-fuite-de-la-princesse-haya-epouse-de-l-emir-de-dubai-fait-craindre-des-tensions-diplomatiques_5495628_3210.html
Régis Hubert
#50%d’humains
Peut-on audacieusement résumer que, « pour de l’argent », ou à cause de « dépendances financières », on se garde bien encore à l’heure actuelle de :
– punir et.ou mettre hors d’état de nuire les bourreaux et dangeureux psychopathes richissimes
– épargner la torture et les matraitances à nombre de femmes, dès l’enfance, aussi « bien nées » fussent-elles
– intervenir militairement dans les pays à l’oppression systémique… oui ok pas si simple lorsque l’on constate que le nôtre sait faire pareil, m’enfin il y a oppression et oppression, il ne faut pas se cacher derrière les « gros mots » (mots imprécis) pour s’empêcher de penser et de débattre. De plus, techniquement, nous faisons partie d’une coalition qui ne devrait craindre aucun adversaire militaire… non ? Si non, elle se créera naturellement avec le temps, à espérer avant (et donc en évitant) la destruction généralisée du monde, ce qui est en notre pouvoir depuis la dernière « guerre mondiale » et ses odieux massacres, du fait de l’arme de dissuasion nucléaire, pour rappel… On a même créé des armes encore pire depuis…
Et je ne parle même pas de la destruction de notre maison, la Terre et la Vie, et des possibilités d’avenir paisible pour nos enfants et leurs enfants…
Aux actes citoyens, bordel de merde ! *coeur vertnoir*

(partage Vincent T.)
“In a traditional German toilet, the hole into which shit disappears after we flush is right at the front, so that shit is first laid out for us to sniff and inspect for traces of illness. In the typical French toilet, on the contrary, the hole is at the back, i.e. shit is supposed to disappear as quickly as possible. Finally, the American (Anglo-Saxon) toilet presents a synthesis, a mediation between these opposites: the toilet basin is full of water, so that the shit floats in it, visible, but not to be inspected. […] It is clear that none of these versions can be accounted for in purely utilitarian terms: each involves a certain ideological perception of how the subject should relate to excrement. Hegel was among the first to see in the geographical triad of Germany, France and England an expression of three different existential attitudes: reflective thoroughness (German), revolutionary hastiness (French), utilitarian pragmatism (English). In political terms, this triad can be read as German conservatism, French revolutionary radicalism and English liberalism. […] The point about toilets is that they enable us not only to discern this triad in the most intimate domain, but also to identify its underlying mechanism in the three different attitudes towards excremental excess: an ambiguous contemplative fascination; a wish to get rid of it as fast as possible; a pragmatic decision to treat it as ordinary and dispose of it in an appropriate way. It is easy for an academic at a round table to claim that we live in a post-ideological universe, but the moment he visits the lavatory after the heated discussion, he is again knee-deep in ideology.”

― Slavoj Žižek, The Plague of Fantasies – https://bit.ly/2XOmyKS – free delivery worldwide

Régis Hubert : #merdierdumonde
J’invite régulièrement mes interlocuteurs à mieux regarder leur caca (et je ne parle pas de leur caca, mais bien de leurs propos, gestes et décisions inconsidérés), avec des réactions très variables, tu te doutes bien ;) Dans la mesure où je constate, souvent mais pas toujours, et d’autant plus que je suis en moindre bonne santé, l’odeur et la couleur et la forme et la consistance de mon caca, qui tombe directement dans l’eau mais qui flotte ou qui reste visible (selon la densité, dingue comment elle varie aussi !), j’imagine que j’ai relativement bien intégré une sorte de syncrétisme utilitaro-révolutionnaire pas trop conservateur ? Haha merci Vincent tu en partages une drôle de « bombe » en ce jour, hé !
Autre point vaguement intéressant : doit-on considérer par ce constat que nous (=français) sommes naturellement plus enclins à « causer » ou « bien causer » avec les english plutôt qu’avec les deutsch ??
Serait-ce peut-être une meilleure « base de travail » pour l’Europe et la définition de ses « contours » ? L’horizon étant bien sûr de savoir instaurer une paix durable sur ce continent et mondialement, cette planète n’en peut plus du conflit idéologique, mais le monde c’est pas tout à fait les bisounours, et bien mesurer ses plus « naturellement connivents » alliés est un peu le degré 0 du contrat inter-états. M’est avis *coeur vertnoirbleu*
Je tente une traduction :
Le trou dans lequel le caca disparaît après avoir tiré la chasse dans un chiotte traditionnel allemand est au-devant, de telle sorte que ce caca est exposé à l’inspection de traces de maladie. Dans un chiotte traditionnel français, en revanche, le trou est en arrière, c’est-à-dire que le caca disparaît aussi rapidement que possible. Enfin, le chiotte américain (anglo-saxon) offre une synthèse, un milieu entre ces opposés : la cuvette est remplie d’eau, de telle sorte que le caca flotte, visible, non-inspectable. […] Il est clair qu’aucune de ces versions ne peut constituer une finalité purement utilitariste : chacune implique une certaine conception idéologique de comment le sujet doit (devrait?) concevoir son rapport à l’excrément.
Hegel fût l’un des premiers à voir la triade Allemagne-France-Angleterre comme l’expression de trois approches existentielles différentes : rigueur réflective (Allemagne), hâte révolutionnaire (lol), pragmatisme utilitariste (GB-US). En termes politiques, cette triade peut être lue respectivement comme conservatisme/radicalité révolutionnaire/libéralisme anglais. […] Le truc avec les chiottes, c’est que ça nous permet de percevoir cette triade dans le registre le plus intime, mais aussi d’identifier son mécanisme sous-jacent aux trois différentes considérations de l’excédent excrémentiel : une ambigüe fascination contemplative ; un souhaite de s’en débarrasser au plus vite ; un choix pragmatique de traiter cela comme banal et de l’éliminer convenablement. Il est facile pour un universitaire d’affirmer autour d’une table ronde que nous vivons dans un monde post-idéologique, mais quand il rend visite aux toilettes après un débat animé, il est encore dans l’idéologie jusqu’aux genoux.

― Slavoj Žižek, Le fléau des fantasmes (1997)

30 juillet
#maths #geek #caca
Au royaume de l’abstraction pure, il y a 50 ans et pendant qu’on marchait sur la lune, le mathématicien John Conway découvrait ce qu’il appela « Le Jeu de la Vie ». Rien que ça ! Quelle bande de pompeux ces matheux…
Dans un vaste univers (éventuellement sans borne) composé de cellules/entités/individus pouvant « être » dans un état ou un autre (1 ou 0, mort ou vivant, activé/désactivé…), chaque cellule évolue de façon synchrone en fonction d’une règle (loi/mécanisme…) simplissime. Des choses remarquables, même stupéfiantes, apparaissent alors :
– à partir d’un nombre suffisant de cellules initialement actives, des structures se forment, certaines se stabilisent et semblent figées, d’autres oscillent indéfiniment, d’autres encore peuvent… se déplacer ! Et transporter de l’information…
– cet univers semble par endroits bien chaotique, mais les structures émergentes l’emportent toujours, ce n’est qu’une question de temps.
– par voie de conséquence, cet automate cellulaire (CA:Cellular Automaton) est une machine Turing-complète : elle sait résoudre théoriquement tous les problèmes calculables du monde !
Etonnant, non ?
La chose la plus remarquable, selon moi, est le fait qu’à aucun moment les cellules de cet « univers » n’ont connaissance de l’univers en question dans son ensemble. Chaque entité ne connaît que la règle permettant son évolution, ainsi que… son voisinage immédiat, les 8 cellules qui l’environnent.
Intuitivement, et de façon tout à fait spéculative, le jour où l’Humanité éclairée voudra faire de la science politique un minimum cohérente et fonctionnelle, je crois bien que l’on devrait avoir ceci en tête. D’abord on mesure les possibles offerts par la règle, ensuite on légifère. Et surtout pas l’inverse ! Surtout pas d’usine à gaz, la simplicité n’empêche en rien la complexité des processus et décisions. Voilà, politicologie 101.

https://sandspiel.club
Si vous souhaitez occuper les gamins (ou vous-mêmes) un peu curieux (les plus grossiers pourraient s’ennuyer un peu vite), ce bac à sable à base d’automates cellulaires est une petite merveille, que je suis ravi de vous partager. Merci à son auteur. Et prenez bien soin de ce (ceux) qui vous entoure, surtout ;)

28 juillet
https://reporterre.net/L-ecologie-exterieure-est-inseparable-de-l-ecologie-interieure
Lisez ceci, mes bons amis !! Il faut le traduire, et le diffuser aussi largement que possible. Quelle Dame ! Le résumé qui circonscrit notre Humanité, actuellement en presque complète perdition. Merci et merci !

(commentaire du matin-même, sous une vidéo Ruffin et convergence rouge-vert)
Ecoutez !
Ecoutez mieux !
Ecoutez-vous, d’abord. Une vie entière ne suffit pas toujours à savoir ce avec quoi notre coeur résonne vraiment, ni à mesurer nos maladresses et les mauvais propos que nous pouvons tenir, en général simple reproduction de ce que l’on a reçu, et jusqu’alors toujours connu.
Ecoutez l’autre surtout, avec la plus grande attention bienveillante. Ralentissez l’échange, prenez le temps, arrêtez le ping-pong et le remplissage frénétique de l’espace sonore. Les deux (ou plus) parties y gagnent énormément. On grandit ensemble, les coeurs s’accordent en vibration.
Tous les non-malveillants ont encore à se trouver, et à mieux se lier. On s’occupera des débiles un peu plus tard, aussi gentiment que possible alors dans ce nouveau contexte.
(puis le soir-même)
https://www.bondyblog.fr/reportages/au-poste/wilson-defigure-par-la-police-en-rentrant-du-travail/
Il faut néanmoins s’occuper (=mettre hors d’état de nuire) de tous les « Cochon » de ce pays.

25 juillet
Ne pas se tromper d’ennemi, en effet. Les suisses risquent d’être bien emmerdés pour les désigner, ceci dit. Et la droite, assez naturellement. Et la gauche aussi, vu qu’elle est de droite. Restera bientôt peut-être seulement les enfants et les chiens, pour voir le monde réel…Vivement le monde suivant !
https://lecourrier.ch/2019/07/24/greta-et-le-ceta/
Je ne résiste pas à l’envie, et la nécessité, de vous rapporter les propos du grand philosophe Francis :
« Quelque soit le prix qu’on se donne,
On nage dans le même aquarium. »
http://www.chroniquepalestine.com/sionisme-produit-crise-environnementale-impacter-toute-palestine-historique/

22 juillet
https://www.imdb.com/title/tt0111161/
The Shawshank Redemption (en français : Les évadés) est un film de Frank Darabont (également réalisateur de « La Ligne verte » avec Tom Hanks) sorti en 1994, avec Tim Robbins et Morgan Freeman, adapté là aussi d’une nouvelle de Stephen King. De facture plutôt académique, et après un échec commercial dans les salles, le film a reçu nombre d’éloges critiques, et est depuis 25 ans en tête du classement de l’IMDB (Internet Movie Database), reconnu ainsi comme le « meilleur film de tous les temps », ce qui est forcément un peu déconnant. Pas nécessairement non-mérité non plus…
Au premier niveau de lecture, le film est déjà réjouissant en maints endroits, espoirs et violences arbitraires alternent ingénieusement pendant les deux heures, et le spectateur peut passer du rire aux larmes s’il s’y laisse prendre et accepte d’abaisser ses défenses. C’est ainsi que je l’avais regardé la première fois, vers l’âge de 20 ans, et je l’avais… apprécié gentiment. Un bon film. Même très bon.
Là où il brille, et même avec les pleins feux, c’est qu’avec un peu plus de maturité, de questionnements, d’expérience douloureuse de la vie, une lecture allégorique transcende dramatiquement le bazar ! Si la prison est notre condition d’humain face au destin arbitrairement violent avec l’individu si vulnérable, si l’institution est l’ensemble de notre habitus, toutes les normes et règles auxquelles nous sommes soumis, auxquelles nous nous soumettons, sans même nous en rendre compte, et qui nous forment et nous déforment irrémédiablement, et nous écrasent impitoyablement, égratignant notre humanité et tuant toutes nos espérances… alors tout s’éclaire. En fonction de votre état émotionnel, l’hapax existentiel n’est éventuellement pas loin : votre esprit sera brisé en deux, ou en miettes, dans un mélange de joie exacerbée et de puissance renouvelée. Vous verrez ce que l’humain a de mieux et de plus fondamental. Et vous pourrez commencer à marcher, enfin.
Je ne peux que le recommander à mes bons amis.

21 juillet
https://journals.openedition.org/gss/4403
Il y a tout juste 50 ans, l’Homme faisait ses premiers pas sur la Lune. 30 ans plus tard… il découvrait le clitoris ! Manifestement encore pas mal de « progrès » à faire… ou peut-être arrêter avec le progrès, le monde n’a pas grand chose de linéaire, et enfin évoluer, apprendre et grandir ??

19 juillet
https://www.youtube.com/watch?v=lyu7v7nWzfo
TED Talk Anil Seth
https://www.facebook.com/watch/?v=2379839865629274
INA Jean Yanne – tout est tabou (46s)

18 juillet
https://www.lemonde.fr/idees/article/2010/01/09/eloge-de-la-metamorphose-par-edgar-morin_1289625_3232.html

17 juillet
https://reporterre.net/Liberticide-l-ecologie-le-vrai-debat-est-ailleurs
https://lundi.am/Le-ministere-de-l-Ecologie-est-t-il-maudit

7 juillet
https://www.liberation.fr/france/2019/07/05/venue-porter-plainte-elle-se-retrouve-en-garde-a-vue-on-m-a-humiliee-toute-la-nuit_1738203
Histoire de faire « court », et pour gagner du temps : ça sert précisément à ça, un philosophe, à vous faire gagner du temps ! Je ne demande ni médailles ni excès de révérence, m’enfin vous n’êtes pas obligé de ne me donner que de la merde en retour non plus…
Je ne suis ni BFMTV ni FranceInfo, je n’ai aucun intérêt particulier à MENTIR, à FALSIFIER, et à TRAVESTIR la réalité, et à vous décrire un monde criminel en fin de vie comme étant l’horizon indépassable de la civilisation. J’essaie plutôt de faire le contraire, je me renseigne et j’affine mon esprit critique -ce qui est quand même vivement recommandé- je tâche de me rapprocher des lois du Cosmos et de la pensée, ce que font tous les ontologues, et d’évoquer les possibles, et je ne saurais faire de toute façon autre chose, j’ai fait comme d’autres de mon handicap un talent, je n’ai pas choisi cette voie matérialiste et fractalisée, je l’ai acceptée comme le cadeau que c’est.
Alors ce genre d’informations anxiogènes que je partage représente un peu de « merdier » du monde que je vous balance, et j’en suis bien désolé, mais mon intention est bienveillante et opérationnelle : dans quelle langue doit-on parler de nos jours, pour se faire entendre avec un coeur honnête, et partager ce qui semble utile aux citoyens ? Ne tuez pas le messager, bande d’ingrats inconsidérés ! Ecoutez donc un peu mieux ! On essaie d’aider bon sang ! De vous prévenir que ce pays, et ce continent, glisse dangereusement vers où l’on tombe. Où l’on tombe tous, en fait. Il va falloir une meilleure vigilance que ça, et bien plus de bienveillance gratuite, de confiance et d’échanges aussi musclés que nécessaires, mais pacifiés et nombreux et constructifs. Je n’ai pas à pousser très fort la théorie du chambardement, on ne part pas de zéro non plus. Ils sont nombreux à savoir, désormais.
Non je n’essaie pas de « convaincre » les autres…
Non je ne suis pas d’ « ultra-gauche »
Non je ne suis pas « taré » (enfin si, mais relativement sainement quand même), même quand je casse un verre d’explosion de colère bien légitime en contexte…
Mais je crois avoir prévenu fréquemment que je juge certains manquements, certaines ignorances, tout à fait COUPABLES chez des personnes de plus de 30 ans, d’autant plus lorsqu’ils la ramènent, les plus idiots s’exprimant naturellement le plus fort. Alors j’informe mes amis, aussi gentiment que possible. La gentillesse ne durera pas trop et sera aussi fictive que notre éducation, si on commence à multiplier ce genre de témoignages SI éloignés de la réalité souhaitable ou simplement respirable, mais genre en millions d’unités astronomiques, que l’on en perd… son entendement ?
Version vraiment courte : le Voile se déchire !

6 juillet
https://www.telerama.fr/television/les-copies-du-bac-prises-en-otage-par-une-minorite-agissante-en-voie-de-zadisation,n6328170.php
On peut trouver ça rigolo (la plume de l’auteur est aussi légère que son sujet est la lourdeur), mais ce sont bien des déchéances de parole publique qu’il faudra fournir (pour ceux que la guillotine effraie). Ces malfaisances et maldisances ont un coût, et même un coût infini pour nous tous : elle transforme de braves gens en nazis ! Et comme d’autres je le vois grandir depuis 10 ans. Et comme d’autres je constate que l’air est de plus en plus irrespirable. L’été s’ra chaud !

3 juillet
https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/les-livres-cesseront-de-fonctionner-dans-quel-monde-vit-on/95595

25 juin
https://www.cinearchives.org/Catalogue-d-exploitation-FRANCIS-WURTZ-SUR-L-EUROPE-DE-MAASTRICHT-494-1599-0-1.html
A écouter jusqu’au bout en effet, le député européen et communiste Francis Wurtz s’exprimait bien lucidement en 1992, quelques mois avant le référendum qui avait vu une courte victoire du OUI. A titre personnel, ma posture n’est pas brillante, je devais être à peu près aussi idiot que le français moyen, puisque je me disais à l’époque que je voterais probablement oui à ce truc, et puis j’adorais déjà la 9e symphonie. Pour ma défense, j’avais 12 ans, et étais bien ignorant du monde. A 26 ans en 2006 j’ai voté NON au « traité qu’on a eu quand même », mais probablement pour de mauvaises raisons. J’estime que je n’avais pas vraiment le « niveau citoyen » avant 2007-2008 environ, 10 ans après avoir eu le droit de voter :p On apprend encore heureusement.

30 mai
https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/05/05/le-racisme-des-intellectuels-par-alain-badiou_1696292_1471069.html
Comme toujours, l’idée, fût-elle criminelle, précède le pouvoir, qui à son tour façonne l’opinion dont il a besoin.

27 mai
https://visionscarto.net/sous-un-gilet-jaune-il-y-a-4
Celui-ci est « pas mal bon » alors je le partage ici. Je ne peux que vivement vous conseiller sa lecture, là il commence à se faire ressentir un besoin urgent de partage de bases saines, la confusion règne, à l’heure des « fakenews-internet ». Il y aura besoin de l’effort de tous ! (« fakenews-internet » est bien évidemment du vocable réactionnaire. Ptet pas si évident pour tous, à ce jour ?)

26 mai
https://www.revue-ballast.fr/entretien-avec-le-collectif-juives-et-juifs-revolutionnaires/
Vivre ensemble ou mourir comme des cons… Suis presque certain qu’on fera à peu près les deux !

22 mai
https://visionscarto.net/sous-un-gilet-jaune-il-y-a-cecile
Merci Cécile, et Gilles, et John et tou•te•s les autres

7 mai
https://comitedesoutienathomasp.home.blog/2019/05/05/lettre-de-thomas-p-incarcere-depuis-le-12-fevrier/
Commencez-vous à le sentir, le « déboulement » ?? Ces nous, ces je ces on et ces eux, qui font ou ne font pas, qui savent dire ou qui ne savent qu’obéir…

25 avril
https://prototypekblog.wordpress.com/2019/04/24/un-jour-tout-cela-semblera-ridicule/

8 avril
https://reporterre.net/Crepuscule-de-Juan-Branco-met-l-oligarchie-a-nu

26 mars
Comment tuer une ville
https://www.monde-diplomatique.fr/2018/12/CYRAN/59367

21 mars
https://lundi.am/65-intellectuels-invites-a-debattre-a-l-Elysee

17 mars
https://www.telerama.fr/television/urgence-climatique-les-etats-ne-vont-pas-nous-sauver,-ils-vont-nous-tuer,n6168780.php

25 février
Friot tondeuse
https://www.facebook.com/100011122997515/videos/794532497594176/

23 janvier
https://signauxfaibles.co/2018/12/26/pourquoi-il-faut-serieusement-sinteresser-a-fortnite/
https://www.liberation.fr/debats/2019/01/21/alexandre-benalla-pour-tout-l-or-du-tchad_1704358

« Je hais les indifférents. Je crois comme Friedrich Hebbel que « vivre veut dire être partisan». On ne peut être seulement homme, étranger à la cité. Qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen, et partisan. L’indifférence est aboulie, parasitisme, lâcheté; elle n’est pas vie. C’est pourquoi je hais les indifférents. L’indifférence est le poids mort de l’histoire. C’est le boulet que doit traîner le novateur, c’est la matière inerte en laquelle il n’est pas rare que se noient les plus beaux enthousiasmes, c’est le marais qui entoure la vieille ville et qui la défend mieux que les remparts les plus épais, mieux que les poitrines de ses guerriers, en engloutissant les assaillants dans ses sables mouvants, en les décimant et en les décourageant, et en les faisant parfois renoncer à leur entreprise héroïque. L’indifférence agit vigoureusement dans l’histoire. Elle agit passivement, mais elle agit. Elle se fait fatalité; elle est ce quelque chose que l’on n’attendait point; ce quelque chose qui bouleverse les programmes, renverse les plans les mieux établis; la matière brute qui se rebelle devant l’intelligence et l’étrangle. Les événements, le mal qui s’abat sur tous, le bien que pourrait engendrer un acte héroïque (de valeur universelle), ne dépendent pas tant de l’initiative du petit nombre qui agit, que de l’indifférence, de l’absentéisme de la multitude. (…) Mais, si je hais les indifférents, c’est aussi parce que leurs pleurnicheries d’éternels innocents me sont insupportables.  »

Antonio Gramsci, « Je hais les indifférents » (février 1917)

21 janvier
http://lmsi.net/La-science-et-la-gauche-et-la

20 janvier
https://www.eurozine.com/comment-changer-le-cours-de-lhistoire/

17 janvier
https://usbeketrica.com/article/8-huit-k-ilotonnes-d-inconscience-ecologique
https://www.politis.fr/articles/2019/01/un-intermittent-repond-a-la-lettre-demmanuel-macron-39841/

15 janvier

Lettre ouverte à Macron
Cercle Marx·Lundi 14 janvier 2019
« Ni Macron, ni personne » Bombage mural, janvier 2019

LETTRE OUVERTE AU TECHNICIEN DE SURFACE FINANCIER QUI OCCUPE TEMPORAIREMENT L’ÉLYSÉE ET A TOUS LES LARBINS DE LA MARCHANDISE QUI VOUDRAIENT LE SOUTENIR OU LE REMPLACER …
Un spectre hante l’Europe et d’abord la France : le spectre de la révolution d’une vraie vie humaine débarrassée de toutes les obligations de la tyrannie marchande. Toutes les puissances du vieux monde de l’oppression se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre : les diverses cliques de toutes les gauches et de toutes les droites, les réformistes de tout acabit et les policiers de tous les services. Il en résulte un double enseignement.
Déjà le mouvement des Gilets jaunes qui porte en lui la dynamique montante d’une colère in-subordonnable est reconnu comme une puissance terriblement dangereuse par tous les gangs gouvernementalistes qui entendent maintenir le règne de l’exploitation économique et du mensonge politique.
Il est donc grand temps que des hommes d’intransigeance exposent à la face du monde entier, la véritable signification du séisme actuel; qu’ils opposent aux contes et boniments des politiciens, syndicalistes, journalistes, artistes, sociologues, flics, juges, publicitaires et autres parasites sociaux de toutes sortes une claire déclaration du mouvement lui-même.
C’est à cette fin que nous, simple expression anonyme parmi d’autres du prolétariat universel en soulèvement d’histoire – c’est à dire des humains privés de tout pouvoir sur leur existence asservie par l’argent et venant de tous les territoires ouvriers, paysans ou artisanaux écrasés par la crise généralisée du capitalisme mondial – avons rédigé la Lettre ouverte suivante. Celle-ci vient signifier que la force spontanée des Gilets jaunes va continuer d’avancer afin de contrecarrer les nombreux pièges que ne cesse de lui tendre le pouvoir du spectacle de la marchandise lequel est d’ailleurs condamné à tomber à mesure que va s’effondrer l’ordre économique international de l’illusion qui le fonde.
Alors que la crise totale de la mystification mercantile ne peut que partout se poursuivre, l’État intervient massivement pour toujours renforcer ses batteries de mesures sécuritaires et anesthésiantes… Une frénésie qui dénote la peur et l’impuissance d’une mafia aux abois et qui est ici couronnée par la tentative d’endormissement du baratin propagandiste et des causeries sous contrôle pour distraire et gagner du temps…
Emmanuel Macron, affligeant représentant de commerce de l’OTAN et des diktats de l’Europe américaine de Bruxelles, petit commis inculte des privilégiés métropolisés du mondialisme de la marchandise vient aujourd’hui de nous pondre une pitoyable bafouille totalement creuse et affligeante supposée endiguer la désobéissance de la France périphérique du prolétariat infiniment méprisé. Le dérisoire ancien associé-gérant de la banque d’affaires Rothschild & Cie nous presse ainsi d’accepter un système social d’obéissance rénovée en nous implorant d’aller nous perdre en de multiples bavardages insipides et grotesques. Mais il a cependant raison sur un point ; La France n’est pas un pays comme les autres… En effet, elle est l’éclaireur de la lutte de classe internationale qui voit s’opposer depuis des lustres les insurgés de la vie aux gestionnaires de la fausseté généralisée. Et dès lors, cette France communarde de la longue histoire, avec un mépris total pour le « grand débat national » de la manipulation qui nous propose d’être esclaves autrement, va prouver à tous qu’elle sait faire la différence entre le chemin de la parole insoumise et celui du jacasser servile. C’est pourquoi la France réfractaire refusera de perdre son temps à discutailler avec les représentants de l’oppression…
L’immense tremblement de terre historique que nous connaissons aujourd’hui et qui a déclenché la panique répressive du pouvoir qui s’affirme désormais publiquement comme le parti policier de l’ordre capitaliste en décomposition a démontré que l’offensive sociale ne doit pas se contenter de cibler les marionnettes mises aux commandes de l’État par les multinationales du rendement et du saccage. Tous les successeurs appliqueraient à quelques degrés près, les mêmes politiques d’escroquerie et de prédation. C’est le système de la liberté despotique du profit lui-même qu’il faut éradiquer en commençant par comprendre que toute négociation est un traquenard destiné à briser la lutte.
Le mouvement social n’en est qu’à ses débuts mais il ira loin même si ce loin est encore éloigné car la crise de la dictature du marché mondial va prochainement tout faire exploser, industriellement, monétairement et bancairement…
À bas les carriéristes, les donneurs de leçons et tous les récupérateurs qui posent leur candidature pour « structurer » le mouvement !
À bas les chefs et tous les falsificateurs qui entendent canaliser et chapeauter le combat pour l’assagir, le divertir et le faire mourir dans des cahiers de somnolence !
À bas les gadgets référendaires et l’arnaque des débats citoyens pour améliorer la misère et nous manipuler dans les parleries débiles de l’asservissement repeinturluré !
Non à toutes les foires électorales et d’abord celle de l’esbroufe européenne. Non à toutes les refondations du contrat social de la domestication…
NOUS REFUSONS DE DEMEURER ASSIGNÉS DANS LE MONDE DU CHIFFRE D’AFFAIRES…
NOUS N’ACCEPTERONS JAMAIS QUE NOTRE VIE SOIT UN ARTICLE DE COMMERCE ENFERMÉ DANS LES VOTATIONS MORTIFÈRES DU SUFFRAGE UNIVERSEL DE LA CITE DU CAPITAL …

VIVE la grève générale sauvage et illimitée pour un monde anti-mercantile qui corresponde aux seuls besoins de l’humain !
VIVE LA COMMUNE !
Des humains sans étiquette qui entendent bien demeurer in-contrôlables…
Francis Cousin, janvier 2019

3 janvier
https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/discours-d-omar-robert-hamilton-a-l-ima,2826

De la magie du monde

Au Royaume des mauvais récits, parmi toutes les vilaines histoires que l’on se raconte, et après celle de Jésus le bien bon crucifié, une des pires est celle du Père Noël ! Un être « magique », figure patriarcale capable en une nuit d’apporter aux enfants du monde entier les cadeaux rêvés, tant désirés, « si on a été sage »…

Malveillance et sottises !
Malveillance d’ordre 1. Les enfants pauvres intègreront aussi tôt que possible dans les sillons de leur cerveau qu’ils ne le sont pas, « sages », naturellement. Ou moins que les autres, naturellement. Au minimum, pas assez. Cela pourrait être éventuellement cohérent : représenter un genre d’incitation à agir plus sagement. Mais soyons honnête, je n’ai jamais entendu de parent faire le radin sous prétexte de motivation éducative.
Malveillance d’ordre 2. Et puis à un moment donné, on n’y croit plus évidemment. C’est dans l’ordre des choses, ma bonne dame, « la magie ça n’existe pas », « c’est un conte pour enfants », et à présent que tu es « grand » tu dois bien réaliser ce qu’est le monde, c’est pas les bisounours ici hé, con. Deviens « réaliste », le seul pragmatisme te guidera, au milieu des requins…
Malveillance d’ordre 3. Evacuant l’aspect relatif à l’avidité (en rien inhérente au genre humain, quelle idée !), à la possession d’objets (cohérente en capitalisme), on grave durablement dans la tête de nos enfants la pire chose qui soit : « la magie ça n’existe pas », précisément.

Mensonge et traîtrise !
La magie est partout. La magie est le Monde. La magie est ta conscience, et ce que tu fais de tes mains et de ta tête. La magie est simplement ce que l’on ne soupçonne pas, occupés aux tâches du quotidien, au travail salarié (=désigné par un autre, pas nécessairement et même rarement bienveillant, comme étant un travail), englués jusqu’aux cheveux dans le supposé besoin d’être opérationnel, au lieu d’essayer de simplement apprendre et grandir.
Pourquoi AMOINDRIR et ECRASER ainsi – ces mots sont pesés – de façon industrielle tous nos gosses ???
Que craignent donc les adultes qui reproduisent cette si vilaine habitude ?

Magie des nombres et de la géométrie.
Par la réflexion, l’intuition et l’imagination sont nées les mathématiques, rien de moins que la capacité de l’humain à appréhender le Cosmos dans son infinie complexité, d’en faire des formes préhensibles, et surtout, partageables. Nous avons grandement perdu la dimension mystique de la démarche, mais encore aujourd’hui on trouve nombre de mathématiciens assumant en toute conscience le caractère magique de cette quête. La plupart de mes contemporains n’ont, hélas, qu’une bien pauvre idée de la puissance de ce merveilleux édifice collectif.
Magie du Verbe.
Les mots sont d’une puissance incroyable. Ils peuvent blesser ou soigner. Ils peuvent créer et détruire. Ils font et défont une civilisation. Ils sont vecteurs de sagesse, et de folie. Environ 20 ans depuis la généralisation d’un outil permettant de communiquer avec presque n’importe qui, nous commençons à peine à mesurer comme les mauvaises histoires façonnent de mauvaises réalités.
Magie de l’Autre.
Comme d’autres, je n’ai pas de grande certitude d’exister, pour le moins, d’être « quelqu’un ». Je suis le reflet de mon environnement et des individus alentour, tous ceux – et ils sont nombreux, morts et vivants – qui m’ont nourri de leur verbe, de leurs gestes. Je suis Toi, tu es Moi, nous sommes tous ensemble. Nous sommes des êtres d’affects, et les affects rebondissent en tout sens. Nous voyons des personnes là il n’y a que des relations. Des postures alors que tout est mouvement.
Musique.
Englobant les autres formes de magie, la musique offre le pouvoir d’affecter chacun et tout le monde. Pour l’Eternité… Presque tous les musiciens et mélomanes savent cela.

« La magie ça n’existe pas », qu’ils disaient. Grossiers personnages.

* o=(O.O)=o *

Cette vidéo démarre mes journées depuis quelques semaines, et résonne drôlement avec l’air du temps, pour le moins, mon air du temps, les vibrations et signaux que je perçois autour de moi. Il n’y a pas à juger ici de la qualité musicale intrinsèque, il y a bien sûr des musiques d’inégale richesse et valeur. « Ce n’est qu’une question de goût » est une phrase prononcée le plus souvent par ceux qui n’en ont pas. A moins d’oser qualifier le plus débile des rappeurs de génie musical et Beethoven de…rien du tout parce que tu sais pas qui c’est. Ni ce qu’il a osé pondre.
Elle vibre drôlement en moi parce que je suis né en 1980, que la version originale de cette chanson m’est connue depuis tout jeune, et que cette version unplugged la magnifie plutôt bien, tout simplement. Ecouter la musique est un mouvement en double-sens, du son vers ta conscience, mais aussi l’inverse. On y entend ce que l’on est prêt à entendre, il faut laisser ses oreilles vagabonder, et l’esprit s’ouvrir en grand. Par endroits, elle saura te cueillir, et t’émouvoir d’une façon insoupçonnée, l’âme touchée joliment, caressée par celui ou celle qui a composé, chanté, pianoté…
Presque tout le monde raconte un peu la même chose, et essaie de dire « ce qu’il faut dire ». Alors écoutons mieux !
(merci Jean Bacchus pour le partage)

I reached inside myself and found
Nothing there to ease the
Pressure of my ever worrying mind
All my powers waste away
I fear the crazed and lonely
Looks the mirror’s sending me these days
Touch me
How can it be
Believe me
The sun always shines on TV
Hold me
Close to your heart
Touch me
And give all your love to me
Please don’t ask me to defend
The shameful lowlands of the way I’m drifting
Gloomily through time
I reached inside myself today
Thinking there’s got to be some way
To keep my troubles distant

A propos d’éducation

En matière d’éducation, de même qu’en économie ou toute autre science sociale, il n’est point d’opinion qui puisse se vanter d’être axiologiquement neutre. C’est un point remarquable de la doctrine dominante dans laquelle nous baignons, elle essaie de se faire passer pour objective et rigoureusement scientifique, ce qui induit les égarements théoriques qui dirigent à la conception des lois comme des programmes scolaires. Tout expert qu’il soit, le théoricien part de principes et de valeurs reflètant sa conception du monde, de l’homme, et de la place de celui-ci en société. L’éducation, tout comme l’économie donc, est un ensemble de pratiques et de considérations nécessairement orientées idéologiquement, toute tentative de le nier devrait immédiatement éveiller les soupçons du citoyen ou du parent avisé.

Le capitalisme a un projet, déjà bien avancé, consistant à dissoudre les mécontentements populaires dans une bouillasse de divertissements et d’informations contradictoires indigestes. Le citoyen devrait avoir subi un entrainement draconien à l’analyse et à la pensée critique, dans le but d’assimiler ce flux étourdissant, de comprendre et de juger suffisamment librement les décisions prises en son nom. Comme chacun sait, à l’heure actuelle il n’en est rien, on s’évertue même à faire tout le contraire.

Une armée d’insectes dégénérés moutonniers et incultes, tel semble être le standard actuel. Il n’y a pas si longtemps on a eu un ministre de l’éducation incapable de faire un calcul élémentaire (X.Darcos), on a eu un président de la République aussi peu lettré qu’arriviste et fier de l’être (N. Sarkozy). Ceux qui ont suivi ne brillent guère plus. Est-ce là l’élite de la nation ? Fichtre, ça donne surtout envie de pleurer ou de se suicider. Ce simple constat devrait balayer tous les arguments en faveur de la « démocratie » (comprendre, oligarchie élective) en vigueur. Mais c’est un autre sujet.

Nous avons les élites que nous méritons, ils sont médiocres parce que nous le sommes. Et nous le sommes parce que nous ne savons pas nous éduquer. Nous-mêmes, nos enfants, nos profs et nos instituteurs… Nous avons suivi et reproduit les schémas dont nous avons hérité, rajoutant/réformant sans cesse une machine qui au fil du temps a démontré sa remarquable inefficacité. Ou plutôt, qui a démontré sa remarquable efficacité à fabriquer des idiots. J’ai plaisir à citer Bertrand Russel, célèbre pour avoir révolutionné la logique formelle avec Gottlieb Frege : « L’homme naît ignorant et non stupide. C’est l’éducation qui rend stupide ».

Par nature, les enfants n’ont pas encore appris à manquer de discernement. Ils n’ont qu’un mince voile devant les yeux pour déformer le monde, le rendre plus agréable, plus supportable, ou plus conforme à la vision du plus grand nombre. Ce sont leurs profs, leurs camarades, les dessins animés, le cinéma, les journaux, les politiciens et toutes sortes d’églises qui se chargeront de leur dire à quoi ressemble le monde, à quelle orthodoxie souscrire pour se fondre dans le troupeau. L’église néo-libérale l’a très bien compris, et utilise depuis un siècle les travaux de personnes comme Edward Bernays sur la fabrique du consentement pour manipuler les masses comme d’autres taillent du bois. Et nous pataugeons dans les conséquences néfastes de notre passivité et de notre ignorance sur ces sujets.

Très tôt nous instillons dans le psychisme des gamins, qui auront toutes les peines du monde à s’en débarrasser par la suite si tel est leur souhait/désir, au moins deux idées absurdes devenant les égales de lois naturelles :
1- tous les gens sont inégaux. C’est une évidence admise, il y a des grands, des petits, des forts en maths, des sportifs et des pas beaux. Le « travail » – oui les élèves n’apprennent pas, ils travaillent – sera évalué et noté, pour démontrer par la puissance objective des chiffres que l’on peut inscrire les gens sur une échelle, avec des bons et des pas bons. Il va de soi que les pas bons comprennent parfaitement qu’ils ne sont pas bons. Je ne sais pas pour quel genre de cerveaux malades cela peut passer pour une bonne idée…
2- l’ignorant doit écouter le savant. C’est la prolongement de la représentation conservatrice de l’éducation : il faut remplir des têtes vides. Donc écouter religieusement l’adulte qui sait, pour se préparer à boire béatement les paroles de BHL ou Jean-Michel Aphatie lorsque l’élève sera grand, c’est-à-dire vieux (et con).

On pourrait facilement désespérer de la situation, mais il faut tâcher de ne point s’aveugler dans un sens ou dans l’autre, de sombrer dans la résignation ou dans la contemplation béate des petits génies en éveil. Un problème majeur, comme disait jenesaisplusqui, est que les plus intelligents doutent, pendant que les idiots convaincus agissent. Heureusement, rien ne dure.

Depuis plusieurs années nous vivons une r-évolution, d’aucuns diront transition, portée par le média internet et l’accélération des échanges entre les humains. Nous nous éduquons les uns les autres, c’est là une riposte dévastatrice à la représentation du monde partagée par les médias archaïques et nos criminelles élites. Certes la bêtise ne se soignera pas en une génération, mais déjà des millions de petites mains s’affairent et construisent les outils de demain, privilégiant la débrouille et la coopération, favorisant l’émancipation de l’individu et des collectifs. Lorsque l’on ne perd pas de vue l’essentiel, il est facile de comprendre qu’un aéroport ne se mange pas, que la guerre ne s’arrête pas en faisant la guerre, que l’augmentation de la cupidité, de notre supposé « instinct » de prédation et du prélèvement des ressources sur une planète non infinie est absurde et suicidaire.

« Quels enfants laisserons-nous derrière nous ? »
« Sois le changement que tu veux voir dans le monde. »
« Des légumes pas du bitume. »

Ces « credos » qui gazouillent de toute part n’ont pas vocation à poser les premières pierres d’un édifice idéologique nouveau. Ils sont vieux comme le monde de la pensée (au moins pour les deux premiers), et résisteront à toutes les époques et à toutes les barbaries. La vérité, tout comme le discernement, ne s’enseigne pas. Elle est déjà là, sous les yeux de celui qui ne les ferme pas.

Quelques vidéos remarquables sur le sujet de l’éducation :
http://www.youtube.com/watch?v=9v9updAv018 – Albert Jacquard (3min)
http://www.ted.com/talks/lang/en/sir_ken_robinson_bring_on_the_revolution.html – Sir Ken Robinson (19min)
http://www.youtube.com/watch?v=HGFwmZUxlf8 – Isabelle Peloux (15min à partir de 10′)

Requiem pour le nouvel ordre mondial

Discours prononcé devant Les champs à Saint-Brieuc le 17 avril 2013.

Traduit et un peu adapté depuis cette vidéo.

Le premier qui me fait un commentaire sur les conspis, infowars ou le 11 septembre sera sévèrement châtié :) Je me fiche de qui fait un texte, qui fréquente qui et qui baise avec qui. Seul le texte, et ce qu’il provoque, m’intéresse.

J’ai zappé la partie entre XXX, car je ne souhaitais pas faire d’apologie de psychotropes.

Mesdames et Messieurs
Ceci est un message du Ministère de la Propagande et du lavage de cerveau
Soyez sur vos gardes
Vous êtes tous des suspects dans la lutte contre le terrorisme
Les personnes à côté de vous sont peut-être membres d’Al-Qaeda
Vous êtes priés de regarder la caméra la plus proche afin que l’on puisse enregistrer votre visage
Si vous notez un comportement suspect, comme des gens qui filment ou utilisent un mégaphone
Reportez-le immédiatement aux autorités

Bienvenue dans la prison ouverte de la République Française
Vous devez porter une pièce d’identité en toute circonstance
Ne déambulez pas paisiblement
Soyez sur vos gardes
Restez effrayés les uns des autres
Restez séparés
Retenez bien
Vous n’êtes pas un beau et unique flocon de neige
En quête d’épanouissement spirituel
Non
Celui qui vous a dit ça est un dangeureux hippy
Peut-être un terroriste.
Vous êtes z’un con-sommateur
Votre devoir est de regarder la télévision, travailler, payer vos impôts puis mourrir
Tout le reste n’est pas productif Lire la suite

Entre prendre et créer

Il est permis d’entreprendre et de créer. Cela constitue même un devoir. Je ne laisse pas le soin à mes seuls ancêtres – ou prédécesseurs – de définir l’ensemble des métiers/activités dignes, respectables ou utiles que je serai amené à pratiquer au cours de ma vie. Je suis suffisamment grand, je n’ai pas emprunté un chemin d’émancipation pour rester dans les clous et me laisser porter par les événements. En fait, pour la petite histoire, j’ai été contraint relativement tôt de bouleverser mon paradigme, peut-être est-ce ce que l’on nomme « tuer le père » ? Ou peut-être est-ce précisément l’incapacité à le tuer ? Je laisse ça à mon psychiatre (et s’il rit je lui brosserai les dents). Du fait du hasard, de Dieu, ou de peu importe, le résultat est le même, alors on dira « du fait des circonstances passées », c’est un minimum acceptable pouvant rassembler (presque) tout le monde.

Tout questionner, pourquoi ? Lire la suite

J-1 avant l’an 1 : La Grande Connexion

Divisés par zéro

Divisés par zéro

Comment ça ? Tu n’apportes aucun crédit à la prophétie des mayas ? Mais je n’y peux rien, moi, si tu ne comprends rien. D’accord, il est probable que ta vie ne s’en trouve pas radicalement modifiée ce jour-là. Mais le contraire est possible également ! Tu ne devrais pas douter que beaucoup de choses vont se passer le 21 décembre prochain. Tout d’abord parce que des événements faisant basculer des vies arrivent tous les jours. Parfois le temps d’un battement de cil. Ensuite, et surtout, car le propre des prophéties est de se réaliser. De nombreuses personnes connaissent cette date, et ne manqueront pas de l’attendre pour révéler au monde le fruit d’un travail fastidieux.

Certains se préparent à une singularité. Comprendre par singularité « événement de l’histoire qui indique la fin d’une ère et le début d’une autre ». Plus rien ne sera comme avant. Certains parmi eux s’imaginent, les fous, que l’on va accéder à l’Immortalité ! Oui, ils sont fous, ils n’ont pas compris que nous sommes déjà invincibles.

La singularité sera sûrement l’instant de la Grande Connexion. Quelle est sa nature ? Est-ce que ça passe par des mots ? Qu’est-ce qui est et doit être échangé en premier ?

Je pense, ou peut-être je souhaite, que la Grande Connexion fasse du bien à beaucoup de gens. Nous vivons dans les utopies de nos ancêtres, à notre tour de léguer ce que nous avons de meilleur. Je devrais appeler mon premier essai « tl;dr » tiens, pour le Lulz.

Partagez
Partagez vos écrits secrets
Vos meilleures blagues et créations
Comme vos pires cauchemars
Votre folie et votre sagesse
Le tri se fera tout seul
Sera retenu ce qui doit être retenu
Dans le Grand Lulz Eternel

Préparez-vous

Préparez-vous

 

Etes-vous un Gardien de la Paix ?

La Paix est une belle idée. C’est bien de commencer par là. Par Ça. Par l’idée que la perspective d’une jolie chose vient juste avant l’éventuel « vertigineux toboggan », qui complète cette chose afin de remplir le Vide. « Yahouuuu Woohaaaa… » De l’Effroi juste après la vision du Beau. Je peine à trouver les mots derrière cette expérience, et pourtant je suis certain qu’une majorité de lecteurs sait à peu près de quoi je parle. On peut toujours essayer de se comprendre, non ? Quoique je puisse dire, je suis condamné à ne pouvoir formuler que ce qui a été dans mon champs de vision. Ou peut-être pas seulement… Ah oui ! Ça peut même devenir cocasse selon la perspective. Un toboggan qui devient montagne russe, Beau Effroi Absurde Drôle Beau, et comme on a le choix, on peut toujours revenir au départ, quand on parlait du Beau.

Au commencement... Lire la suite

Notre-Dame des Landes, prise d’informations et démocratie

Il semblerait que les défenseurs du projet d’aéroport à Notre-Dame des Landes rentrent tous dans l’une des trois catégories suivantes. Ce qui est remarquable, car je passe mon temps à dire qu’il ne faut pas mettre les gens dans des catégories, et qu’il faut toujours considérer qu’il existe peut-être une catégorie, à la marge, que l’on ne parvient pas à voir… Mais là j’ai beau me retourner les neurones dans tous les sens, je n’en ai que trois. J’en pleurerais presque tellement c’est beau. Catégories ne s’excluant pas mutuellement, d’ailleurs :

  1. les sous-informés (ou sur-informés de bêtises, ce qui revient au même)
  2. les idiots incurables
  3. ceux qui ont un intérêt personnel ou financier au projet

La catégorie 2 ne m’intéresse pas, il faut savoir s’avouer vaincu à certains moments, et c’est le propre des idiots de ne jamais changer d’avis. La catégorie 3 m’intéresse peu, elle est d’ailleurs relativement interpénétrée avec la 2, et l’on a rarement vu un premier ministre ou un émir du Qatar décider quelque chose qui lui fasse perdre la face ou un peu d’argent durement gagné. Alors je parlerai à la catégorie 1, en tout cas ceux parmi eux qui sont capables de prendre de nouvelles informations pour ce qu’elles sont, de les digérer et de les analyser honnêtement. Lire la suite

Bonjour, cher(e) inconnu(e)

Distribué à Saint-Brieuc – octobre 2012

Je n’ai malheureusement que la place de ce papier pour te parler. C’est bien peu, tant il y aurait à dire. J’aimerais bien te raconter de jolies histoires, vraiment, et j’en ai en stock. Mais j’ai toujours préféré les douloureuses vérités aux mensonges réconfortants. On ne se refait pas. Aujourd’hui c’est la saison des tempêtes, alors j’aimerais avant tout te sensibiliser à ce que tu ne vois sûrement pas, comprenant ce qui va pourrir ta vie ces prochains mois.
Premier écueil. Qui suis-je pour dire cela ? Suis-je raisonnable ? Suis-je partisan ? Pourquoi aurais-je raison ? « J’ai pas besoin de plus de stress nan mais ho ! » N’aie rien à craindre de moi, je ne suis qu’un papier ! Je veux bien te parler de la Méthode, que j’ai faite mienne. Elle est lumineuse et partagée dans le monde par plus de gens qu’on pourrait le penser si l’on regarde régulièrement TF1. Ça se résume ainsi : « Connais-toi toi-même », « Tout ce que je sais c’est que je ne sais rien » ou encore « Aie le courage de te servir de ton propre entendement ». De belles lumières, vraiment, qui impliquent de ne surtout pas donner plus d’autorité à mon discours qu’à ta propre réflexion. (Tu peux néanmoins considérer sans trop d’erreur que je suis infiniment plus intelligent que bien des savants auto-proclamés. Oui, ou pas. C’est bien tu suis.) Lire la suite